Autres chapelles

Chapelle de Saint-Hervé

Les chapelles de Gourin

Au XVIème siècle, une ère de prospérité a coïncidé avec une vague de grande foi religieuse. Cela s'est concrétisé par la construction de nombreuses chapelles.

Source: Le Patrimoine des Communes du Morbihan  - Editions Flohic

La chapelle de Saint-Nicolas, inscrite en 1925 aux monuments historiques (1507)

Édifiée sur engagement du seigneur Jacob Le Trancher et Thomine de Bodilleau, du village voisin Lanvoellan, elle est en granit taillé et sculpté, très ouvragé, représentatif du XVIème siècle.

De silhouette élancée, c'est la plus haute et la plus sculptée des chapelles du pays, avec gargouilles animalières et pignons à crosses.

Elle présente à l'intérieur des sablières sculptées et des écus armoriés ainsi qu'un chevet dit "Beaumanoir".

Chapelle de Bever (1704)

Cette chapelle est aussi connue sous les noms de chapelle de Besver ou Bezuer ou chapelle Saint-Symphorien.

Elle est située entre Gourin et Cudel, non loin de la route D1 menant vers Roudouallec.

Reconstruite en 1878 au fief de Jacques Sébastien de Kerguz, cette chapelle, non datée, est citée en 1704. C'est un modeste édifice construit sur un espace entouré d'arbres selon un plan commun aux chapelles locales du XVIIème siècle. L'autel, exécuté sous le vicariat de Loedon de keromen, curé de Gourin, provient de l'église paroissiale.

La chapelle de Sainte-Julienne ou Saint-Diboan ou Saint Diboën ou Saint-Abidon (1885)

La chapelle portant le nom du saint Diboan ou Diboën - celui qui ôte la douleur - est reconstruite en 1885 à la place d'un édifice plus ancien sous le rectorat de M. Le Gand, par le propriétaire de Menguionned M. de Ruberzo. La dévotion du lieu est en relation avec un culte ancien concernant l'existence d'une fontaine située au sud à sept cents mètres et dont l'eau passe pour être dotée de propriétés quasi miraculeuses: vertus curatives capables de soulager de toute peine,jusqu'à abréger l'agonie des mourants.

La chapelle Saint-Claude (XVIIe siècle)

Édifiée dans un lieu isolé, la Chapelle est construite sur le plan traditionnel des chapelles du XVIIe siècle dans le canton.

La chapelle de la Vierge ou chapelle Notre-Dame-des-Victoires (1509-1830)

Située à proximité de l'église Saint-Pierre et Saint-Paul, cette chapelle de grande dimension est située dans l'ancien enclos paroissial. Détruite par un incendie, la chapelle est restaurée et agrandie en 1830 sous le ministère du curé Le Goff. Des pierres de la deuxième chapelle de l'enclos, Saint-Yves, détruite alors, sont utilisées.
On y trouve la pierre tombale du Tad Mad (Jean Marie Le Gorrec, curé de Gourin de 1758 à 1772).

La chapelle de Saint-Philibert (1668)

Datée de 1668 d'après l'inscription gravée sur le pignon ouest, elle est construite sur un plan en croix latine.
Cette chapelle située à Landevec est exceptionnelle par son plan, par sa charpente (rappelle la carène d'un navire retourné) reconnue déjà vers 1780 comme "une des plus lestes et en même temps des plus solides du canton", et par l'unité de style de l'ensemble.

La chapelle de Moustérien ou Notre-Dame-de-Consolation (XVIIe siècle)

Située à Moustérien, cette chapelle a été  totalement  reconstruite en 1874-1875.

Son plan en croix latine à vaisseau unique et sa charpente sont comparables à ceux de Sainte Julienne. La porte à arc en anse de panier avec archivolte et pilastres amortis en pinacles confirme la datation de l'édifice.

La chapelle de Saint-Guénolé (1688 et 1770)

La date de la construction est attestée par l'inscription portée sur un linteau de la façade sud. La charpente sera refaite en 1770.
Au Vème siècle, Saint-Guénolé, abbé de Landevennec, aurait tenu ici une dépendance de l'abbaye mère sur une terre donnée par le roi Gradlon.
En 818, l'envoyé du roi des Francs, Louis le Débonnaire dit aussi Louis Le Pieux, rencontre à Lannzent, le moine de Landevennec en vue d'un arrangement avec Morvan, chef des Bretons, qui refuse de verser le tribut et de se soumettre aux injonctions du fils de Charlemagne.
Aucun vestige ne subsiste de ce prieuré ou monastère à Lannzent.